Assemblées générales

Le 16 juin dernier, une vingtaine de personnes ont participé à notre Assemblée générale annuelle (AGA) à l’édifice Marie-Guyart de Québec, en marge du 12e Congrès international sur le génie alimentaire (voir sujet suivant de l’infolettre). L’AGA a été précédée de trois présentations techniques de la part d’étudiantes de second cycle dans des domaines reliés au génie agroalimentaire.

Mesdames Alice Marciniak, Angela-Maria Trivino et Syrine Sakka ont donc respectivement abordé l’efficacité de la déshydratation par détentes successives de biomasses agricoles par rapport au four conventionnel, la valorisation du lactosérum issu de la production des fromages grâce au procédé Biobac et l’importance de la préservation de l’architecture traditionnelle rurale. Ces présentations sont disponibles en cliquant ici pour les membres de l’AIAQ. Vous devez être connecté à votre compte et vous trouverez les présentations à la fin de ce texte

Concernant l’AGA, une synthèse de l’évolution des principaux dossiers traités par l’AIAQ depuis la dernière AGA a été présentée :

1. PROTECTION DE NOTRE CHAMP DE PRATIQUE

  • Le partage des rôles et responsabilités entre agronomes et ingénieurs a été abordé dans le cadre :
    • D’une formation organisée par le MAPAQ sur les enclos d’hivernage;
    • D’une rencontre avec l’Ordre des agronomes du Québec (OAQ);
    • De rencontres avec l’Ordre des ingénieurs du Québec (OIQ);
    • D’une formation sur le prélèvement des eaux et de leur protection (RPEP) du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques (MDDELCC).

C’est un dossier qui suit son court dans le cadre de discussions OAQ-OIQ.

  • Il y a eu peu de développement concernant la place de l’ingénieur dans la gestion des cours d’eau et le drainage agricole.
  • La modification de la Loi sur les ingénieurs est en attente de son adoption par l’Assemblée nationale. Elle aura certainement un impact sur le partage des rôles entre agronomes et ingénieurs dans le domaine des ouvrages hydro-agricoles.
  • La formation en génie agroenvironnemental et la compétence des ingénieurs en matière de structures et de fondations de bâtiments agricoles a été remise en cause par l’OIQ. L’AIAQ a entamé des discussions avec les instances du programme à l’Université Laval pour ajuster le tir.
  • Un avis technique sur le guide d’entreposage des fumiers a été rédigé.

2. FORMATION CONTINUE ET UNIVERSITAIRE

  • Présentation de conférences techniques précédant l’AGA 2014;
  • Présentation de deux mini-symposiums en collaboration avec l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) sur l’impact des changements climatiques en agriculture et l’évolution des normes de bien-être animal et leur impact sur l'environnement;
  • Planification d’un deuxième colloque avec le Centre québécois de valorisation des biotechnologies (CQVB) qui ne s’est malheureusement pas concrétisé en raison de la fermeture du CQVB;
  • Préparation de la formation en hydraulique et en hydrologie agricole, prévue pour l’automne 2015 ou hiver 2016, en collaboration avec des ingénieurs du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) et de l’Université Laval;
  • Mise sur pied, en collaboration avec le MDDELCC, l’OIQ et l’Ordre des géologues du Québec (OGQ), d’une formation sur le RPEP intégrant notamment toute la notion de la responsabilité environnementale de l’ingénieur;
  • Présentation d’un mémoire au comité de nomination du doyen de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation (FSAA) de l’Université Laval portant sur la formation en génie agroalimentaire en fonction des réalités d’aujourd’hui;
  • Collaboration avec le MAPAQ à une formation sur les enclos d’hivernage;
  • Collaboration avec le Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ) pour la préparation du Symposium sur le bovin laitier 2015;
  • Discussions avec le CRAAQ pour d’éventuelles autres collaborations.

3. PROMOTION DE LA PROFESSION

  • Bulletins de liaison transmis aux membres de l’AIAQ de façon saisonnière;
  • Site web de l’AIAQ complètement remodelé, dont l’ajout de sections dédiées aux offres d’emplois et au répertoire d’entreprises;
  • Support financier à différents événements :
    • Équipes ULtrac et MUtrac pour leur compétition de mini-tracteurs aux États-Unis;
    • Colloque agronomique, agro-économique et agroenvironnemental des étudiants de l’Université Laval;
    • Semaine de l’agriculture, de l’alimentation et de la consommation (SAAC);
    • Album des finissants de la FSAA à l'université Laval.

En ce qui a trait au membership, le nombre de membres de l’AIAQ se maintient toujours à plus ou moins 120 depuis le colloque organisé en 2012 avec le CQVB. Sur le plan financier, la situation se porte bien. Le nombre de membres accru et les revenus générés par les activités de formation depuis les dernières années expliquent cette bonne situation. Ainsi, depuis 2011, les avoirs de l’AIAQ se ont considérablement augmenté, ce qui a permis, notamment, la réfection complète du site web, le support financier de différents groupes ou événements et la participation au 12e Congrès international sur le génie alimentaire, sans oublier le fait de faire évoluer nos dossiers champ de pratique et formation. Quant aux élections, Sébastien Fournel, Henriot Sabourin et Joahnn Palacios ont été reconduits par acclamation.

En conclusion, l’AIAQ fait preuve d’une belle vitalité. Tous les membres de l’Exécutif sont extrêmement motivés à poursuivre les efforts pour que cette belle profession qu’est le génie agroalimentaire puisse s’épanouir encore davantage.

Pierre Vallée, ing., Président de 2012 à 2015